CRUCIVILLAGE-STORY
Contes et légendes du Lérot
CRUCIVILLAGE     An IV materiel bourgadin 2
La remorque bourgadine

La bourgade de crucivillage  était riche d’une remorque basculante que l’on tractait le tracteur "Massafaire-dusson" . Tout ce matériel désuet ne correspondait plus aux nécessités actuelles de transport, ni à la rapidité d’intervention. Véhiculer une remorque de branches ou d’herbe vers  la  déchetterie de la communion bourgadine,  nécessitait pas moins de la demi-journée au Manant bourgadin.

Ce sujet fut abordé nombre de fois par l’ Equipe Bourgadine  en réunion, il était déjà envisagé en an IV  l’achat d’un chariot benne basculante. 
En attendant, la remorque stagnait dehors sous la pluie, la majorité de l’Equipe Bourgadine était sans réaction face à cette dépréciation du patrimoine bourgadin.
Enfin vint un jour de lucidité où fut abordé la possibilité de vente de cette remorque qui ne servait plus à rien, notamment par le fait que la bourgade n'avait plus à son service de Manant bourgadin apte à conduire légalement le tracteur.

Ce jour là, Jésus offrit ses services : « Pas de problème, je vais vous la vendre »
Malgré bon nombre de relances, l’Equipe Bourgadine resta dans l’attente de cette vente. A force de relances, tout arrive un jour, et  Jésus présenta une offre à Pattemouille pour un prix de 1000 euros.
Mais voilà, pas assez cher pour Pattemouille ! Mais était-ce bien la vraie raison ??? N’était-ce pas parce que cet acheteur ne venait pas d’elle ???
Toujours est-il que la transaction en resta là, que le temps passa. Deux hivers passèrent avec cette remorque pourrissant sous la pluie. Nous comprenons bien Jésus, il avait trouvé un client, Pattemouille n’en voulait pas. C’en est resté là et nous le comprenons tous !

Entre-temps, il fut acheté un chariot-benne basculante de marque « Ferraille invendable à Turin » (F.I.A.T.). Cette remorque ainsi que les tracteur "Massafaire-dusson"  devenus inutiles, perdaient de la valeur.

Après une inauguration du chariot-benne avec photo de presse où les bras du Prévôt ne manquèrent pas de poser, il fallut  bien solutionner le problème de l’ancien matériel qui occupait inutilement de la place tout  et qui perdait de sa valeur chaque jour.

La décision fut forcée par Poil-à-Gratter,  qui, pour lancer l’opération, s’offrit de prendre en charge la vente des trois engins, la remorque, le tracto-pelle "Massafaire-dusson", le tracteur "Massafaire-dusson" .
Willy, fit le nécessaire pour les publications,  Poil-à-Gratter pandant un certain temps reçut les demandes à son domicile,  montra les différents engins chaque fois que nécessaire, le soir comme le dimanche, cela pendant un mois et demi, pour arriver aux résultats suivants :
Le tractopelle "Massafaire-dusson" fut vendu pour 2000 sesterces, le tracteur "Massafaire-dusson" compte tenu de sa prise de force cassée ne put être vendu plus de 800 sesterces, et la remorque dont la vente à 1000 sesterces fut refusée par Pattemouille, après avoir passé deux hivers sous la pluie ne put se vendre que 500 sesterces….. Bel exploit de Pattemouille !

Page précédente
Les personnages sont imlaginaires, toute ressemblance ne serait que le fruit du hasard, et toute interprétation n'engage que son interprète
Sommaire