CRUCIVILLAGE-STORY
Contes et légendes du Lérot
CRUCIVILLAGE     An IV materiel bourgadin 1
Sommaire
Matériel Bourgadin

Début an IV,  après deux années du règne féodal de Pattemouille la situation bourgadine était la suivante :

Sur le plan social, subsistait un conflit avec un Manant bourgadin qui s’engageait en Justice, entretenu par Pattemouille soutenue par son Equipe Bourgadine à qui elle cachait la vérité.

Subsistait    des tensions incompréhensibles entre Pattemouille et moulte bourgadins, ayant des origines bien souvent inconnues. Toutefois il est à noter que Pattemouille faisait toujours  preuve d’une animosité particulière face aux anciens membres de la précédente Equipe Bourgadine, dans laquelle, simple Elue bourgadine pendant tout ce mandat, elle ne brilla que par ses absences.

L’appareil bourgadin tel que le connut les nouveaux élus de l’An IV était doté d’un certain nombre de moyens, dont  un ancien  tracto-pelle de marque « Massafaire-dusson», qui stagnait sous un hangar dans la ferme  de Citroën, un  tracteur « Massafaire-dusson » dans un état de délabrement total, mais dont le moteur répondait à toute sollicitation, et aussi un autre tracteur « Ferraille Invendable à Turin » (FIAT), un microtracteur qui avait du plomb dans l’aile, et quelques petites machines et outils mal entretenus.

Qui faisait fonctionner ce matériel ? Un Manant bourgadin en procès avec son employeur et un stagiaire à qui on se refusait de confier du matériel pour des questions de sécurité.

Dans tout ce tintouin il fallait remettre de l’ordre. Or Pattemouille s’accommodait parfaitement de cette médiocrité. Heureusement il n’en fut pas de même de la part de quelques nouveaux arrivants dans l’Equipe Bourgadine.

Lors des premières réunions de l’Equipe Bourgadine, les nouveaux arrivants prirent leurs repères. Pour certains, l’état latent fut adopté, pour d’autres dont Poil-à-Gratter, être élu ne consistait pas simplement à faire acte de présence aux réunions de l’ Equipe Bourgadine, mais à s’investir pour le bien de la collectivité.

Tractopelle "Massafaire-dusson"

Citroën ne voulant plus stocker le tractopelle bourgadin sous son hangar agricole,  un jour prit son tracteur pour le tirer hors de l’abri, et demanda à Pattemouille de le récupérer.

Grande délibération de l’Equipe Bourgadine : soviet de décision : comment faire ??? Jésus, l’agriculteur de l’Equipe Bourgadine partit de son envolée lyrique de filtres à changer sur l’engin, etc, etc… Le temps passa, rien ne se fit.

Ce sujet revint au moins trois ou quatre fois sur la table des délibérations de l’Equipe Bourgadine sans que Jésus, expert en agriculture ne trouve solution.

Or un jour  Poil-à-Gratter ayant marre de cette hypocrysie, prit son carrosse, des câbles de démarrage, et se rendit chez Citroën. Rions un peu, dix minutes plus tard l’engin « Massafaire-dusson », donnait du son et reprit la direction de locaux bourgadins avec  Poil-à-Gratter comme chauffeur. 

Tracteur "Massafaire-dusson"

Devant le déficience bourgadine en main d’œuvre, et le peu de motivation bien compréhensibles des Manants bourgadins de l’époque,  l’Equipe Bourgadine aborda souvent le problème des travaux qui ne se faisaient pas à Cruicivillage, jusqu’au jour où Poil-à-Gratter déclara, qu’il fallait que les Elus Bourgadins montrent l’exemple en participant aux taches communales, bien évidemment dans la mesure de leurs compétences et disponibilités.
Un silence de mort fut le premier écho à cette proposition.
Puis, Pattemouille, ne voulant pas rester sur la soif déclara que ce serait très bien, qu’être Elu Bourgadin, conduisait à des obligations d’engagement.
Jusque là rien d’anormal, mais nous verrons quelques  mois plus tard que donner de sa personne peut déranger le monopole de Pattemouille, et qu’elle se comporte en fonction de ce raisonnement.

Par la déficience en personnel, les accotements de routes devenant envahissants, il fut envisagé de participer au fauchage. Jésus agriculteur, expert dans l’art de manier les tracteurs, assez disponible pouvait effectivement apporter sa pierre. Or déclaration de celui-ci : « le tracteur "Massafaire-dusson" n’a pas de freins moi je conduis pas !!! » 

Qu’à cela ne tienne, Poil-à-Gratter prit sa caisse à outils, et effectua des réglages de freins, rendant celui-ci utilisable en toute sécurité. Malgré ça Jésus resta sur sa croix.

Las de ça, Poil-à-Gratter prit le tracteur "Massafaire-dusson", et partit faire les accotements de la commune, mais sous la surveillance du mari de Pattemouille, sait-on jamais …... Deux opérations de ce type  furent conduites par Poil-à-Gratter. Enfin Crucivillage vit le jour où Jésus se crut obligé de faire une passe d’épareuse avec la « Ferraille Invendable à Turin » (FIAT).

Et pendant ce temps là ………. mais où sont donc passé les deux bras-du-Prévôt ????

page suivante

Les personnages sont imaginaires, toute ressemblance ne serait que le fruit du hasard, et toute interprétation n'engage que son interprète
Sommaire