Au pays de Papy sauvage
Le site des pratiquants de la nature

Gallinule / poule d'eau
poule d eau
(Gallinula chloropus)
Espèce gibier
index Page précédente
La poule d'eau est un oiseau familier qui vit sur tous les continents, excepté l'Australie et l'Antarctique.

Elle a le statut de nicheur sédentaire, migrateur, hivernant.
Présentation - morphologie
La poule d'eau mesure  de 32 à 35 cm pour une  envergure  de 50 à 55 cm et un poids pour la femelle de : 260 à 375 g, et le mâle de : 250 à 400 g.

La poule d'eau a un plumage noir ardoisé, les parties supérieures sont plus sombres et plus brunes, on peut voir une bande blanche sur les flancs, et les sous-caudales médianes sont blanches,  le bec pointu est rouge avec l'extrémité jaune, et il se prolonge vers le front par une plaque frontale rouge, les yeux sont rouge foncé, les pattes et les longs doigts sont verdâtres.

Les deux sexes sont semblables,  le mâle est légèrement plus grand.

Le juvénile est plus brunâtre avec la gorge et l'abdomen plus clairs. Il a des bandes blanchâtre chamoisé sur les flancs. Le bec et les pattes sont sombres.
Présence sur le territoire français
La poule d'eau est présente sur la quasi totalité du territoire français  à l'état sauvage.
Moeurs et habitudes
La poule d'eau vit près des eaux douces ou saumâtres des zones humides où la végétation est abondante et émergente, avec des rives proposant un couvert, on la trouve sur les étangs, les rivières calmes, les marais et les lacs, et aussi dans les eaux des parcs urbains.
 
La poule d'eau est un oiseau de rivage familier, elle nage sur les nappes d'eau, l'égayant de son cri éraillé, ou marche au long des rives.
Très bonne plongeuse, elle utilise ce moyen, bien souvent pour fuir un danger, ressortant jusqu'à 45 secondes plus tard à plusieurs dizaines de mètres de son point de plongée.

Surprise, elle s'envole aussi, courant à la surface par un battement très rapide de ses pattes qui la maintiennent hors de l'eau, battant vivement les ailes pour prendre la vitesse. Lorsqu'elle s'élève au dessus de la surface, elle garde ses pattes pendantes, prêtes à la réception sur l'eau quelques dizaines de mètres plus loin. Son envol  de fuite est généralement court, d'une berge à l'autre.
 
Elle se nourrit en picorant à la surface de l'eau dans la végétation émergente, sur les  berges et sur les zones envasées, mais aussi en cherchant sous l'eau, tête immergée.

Ses longs doigts lui permettent de prendre appui pour marcher en terrain marécageux, sur la vase,  et sur la végétation flottante.
Elle nage très bien, balançant la tête d'avant en arrière à chaque battement des pattes. Elle est active jour  et nuit.

Les poules d'eau sont omnivores, elles se nourrissent de plantes aquatiques, de graines, d'herbe, de feuilles, de mollusques, d' insectes, de vers, parfois de petits poissons, de têtards, d'oeufs de poissons et de grenouilles, d'insectes aquatiques.

La poule d'eau est monogame, elle  peut  avoir entre 2 ou 3 pontes par an, entre avril et juillet, construisant chaque fois un nouveau nid pour la nouvelle couvée, abandonnant chaque nid aux petits qui y sont nés.

Le nid est établi, parfois la végétation émergée, sur la terre ferme, parfois flottant, dans les buissons bas, avec un rampe d'accès.
C'est une plate-forme toute en hauteur, avec une profonde cuvette garnie d'herbes.
Reproduction - croissance
La femelle pond de 4 à 12 oeufs lisses et brillants, blanc cassé ou chamois clair ponctués tachetés brun.
L'incubation dure 3 semaines. 
Les jeunes sont indépendants vers 3 ou 4 sem, les premiers envols surviennent vers 9 semaines, et la dispersion des jeunes quelques semaines plus tard.

Longévité : 15 ans
Prédation
La poule d'eau, bien que résistante à la pollution des eaux voir sa prolificité diminuer en raison du traitement des eaux saumâtres avec des insecticides, et le nombre d'individus par  couvée diminuer.
Elle est victime de la prédation des corvidés  sur son  nid qu'il pillent, mangeant les oeufs ou les poussins qui doivent  supporter en plus la prédation aquatique des poissons carnassiers, notamment du brochet, qui  saisit les poussins lors de leurs premières sorties sur l'eau ainsi que la prédation des rats, très nombreux dans les marais.
Haut de page Page précédente