Au pays de Papy sauvage
Le site des pratiquants de la nature

Gypaète barbu
 gypaete barbu
(Gypaetus barbatus)
Espèce protégée
index Page précédent

Le gypaète barbu est le plus grand vautour de la faune européenne, on le trouve dans les montagnes entrecoupées de précipices, de hauts plateaux et d'herbages, en Asie, en Europe, au Proche-Orient, en Iran et jusqu'en Chine et dans  les régions montagneuses d'Afrique du Nord.
Présentation - morphologie
Le gypaète barbu mesure de 100 à 115 cm pour une envergure de 245 à 275 cm et un poids de 5 à 7 kg.
Le gypaète barbu tient son nom des plumes caractéristiques, naissant à la base des mandibules,    pendant de chaque côté du bec, formant une sorte de barbiche noire.
Les deux sexes sont semblables, la femelle est plus grande que le mâle.
Ses ailes larges et pointues et sa queue cunéiforme le rendent facilement identifiable.

Sa tête est de couleur crème, un masque noir entoure ses yeux. Son  bec est fort, puissant, aplati latéralement, la mandibule supérieure est très crochue, plus forte et plus grande que la mandibule inférieure, sa langue est spécialement conçue pour extraire la moelle des os, elle est rigide et pointue avec une callosité en son extrémité, ses yeux sont jaunes, entourés d'un cercle oculaire d'un rouge intense,
 
Les parties supérieures, dos, ailes et queue sont noirâtres, les plumes ont le rachis blanc, donnant un aspect général légèrement rayé, les parties inférieures sont jaune rosé avec des tons orangés, rayées et tachetées de noir sur la gorge et le haut de la poitrine, la culotte est également jaune rosé-orangé.
Les pattes et les doigts sont gris, munis de griffes fortes et noires, les tarses sont assez courts, entre 8 et 9 cm, et emplumés.

Les immatures sont entièrement bruns, avec la tête noirâtre, les yeux sont châtain avec la cornée rouge, autour des yeux, la peau nue est gris bleuté.

Le gypaète barbu ne peut être confondu avec aucun autre rapace en vol, en ascension  ou en plané, ses ailes sont souvent courbées, mains vers le bas et pointe des ailes vers le haut.
Dans l'Himalaya, il survole les plus hauts sommets, à plus de 8000 mètres d'altitude.
Présence sur le territoire français
Le gypaète barbu est présent en France à l'état sauvage, dans les Pyrénées, les Alpes, il a le statut de nicheur sédentaire rare.
Moeurs et habitudes
Le gypaète barbu vit généralement en couple, rarement en solitaire, il vit toute l'année en haute montagne, il est sédentaire, il reste sur son territoire toute l'année, qu'il ne quitte qu'en cas de grand froid ou par manque de nourriture. Il défend son territoire avec acharnement contre l'intrusion de ses congénères ou d'autres espèces.

Le gypaète barbu est peu agressif hors de sa zone de nidification, il poursuit rarement les oiseaux qui en respectent les limites. Par contre il défend férocement ses aires de nourrissage contre les concurrents.

Aucun animal ni oiseau ne conteste la nourriture du gypaète barbu. Celle ci, constituée pour les 3/4,  d'os, de cartilages et de ligaments ne présente pas beaucoup d'intérêts pour les autres espèces.
Le gypaète repère les cadavres de moutons ou de chamois, attendant parfois que les vautours aient nettoyé la partie charnue de la carcasse pour manger les restes, se saisissant  alors des os, s'envolant à une hauteur de 50 à 100 mètres pour les laisser tomber sur la roche où ils se brisent,  absorbant la moelle à l'aide de sa langue pour les engloutir ensuite.

Il peut avaler des os mesurant jusqu'à 20 cm et faisant 35 mm de diamètre. Toutefois, en période de pénurie, il lui arrive de capturer des proies vivantes, jeunes  isards,  jeunes chamois, petits mammifères, lièvres, etc...

Le mâle et la femelle participent à la construction ou à la rénovation du nid, construisant plusieurs nids sur leur territoire à raison d'un nid par an, chaque nid étant abandonné après le terme de la couvée, pour n'être réutilisé que quelques années  plus tard, parfois 4 ou 5 ans.
Les nids sont construits dans des anfractuosités de falaises inaccessibles et bien abritées, ils sont faits de branches, d'herbes, de laine de mouton, de poils, de crins, d'ossements, de lambeaux de peau.
Le gypaète barbu produit une nichée par an.
Reproduction - croissance
La femelle gypaète pond un ou deux oeufs entre décembre et février.
L'incubation dure environ de 55 à 60 jours, assurée par la femelle.
Le femelle s'occupe attentivement des petits, restant au nid pendant plusieurs jours, le mâle apportant la plus grande partie des proies et des os.

Au mois de juin, le poussin a déjà la corpulence de l'adulte, son plumage est brun, plus foncé sur la tête et le cou, il est toujours alimenté par les parents. 
Il quitte le nid au bout de quatre mois, restant à proximité où il est toujours nourri par la femelle pendant encore deux mois.

Devenant progressivement indépendant, il rejoint d' autres jeunes, puis ensembles ils rejoignent les vautours autour des carcasses, adoptant le rituel de l'espèce .

Il obtiendra le plumage adulte vers 5 ou 6 ans, après plusieurs étapes intermédiaires.

Longévité : 40 ans
Haut de page Page précédente