Au pays de Papy sauvage
Le site des pratiquants de la nature

Héron cendré
 heron cendre
(Ardea cinerea)
Espèce protégée
index Page précédente

Présentation - morphologie
Le héron cendré mesure de 90 à 98 cm pour une envergure de 175 à 195 cm et un poids de: 600 à 1200 g.

Il possède de longues pattes jaune grisâtre ou grises, un long cou et un grand bec jaune grisâtre en forme de pic, le dessous, la tête et le cou sont blanchâtres avec une crête noire et des rayures sombres sur le devant du cou et de la poitrine, le reste du plumage est gris clair.
En vol, ses ailes  sont bien arquées, les plumes principales des ailes sont foncées, presque noires, le cou est replié, les longues pattes dépassent la queue.
Les jeunes hérons ont le front et la calotte gris, la nuque noire est grisâtre avec une courte plume nucale, les côtés de la tête, du cou, le dos sont gris, le centre du cou est beige.

En vol le héron cendré bat lentement des ailes, la tête repliée en arrière et les pattes tendues. Son
vol  est lent, avec d'amples battements d'ailes, donnant une impression de puissance.  Il plane parfois, principalement pour se poser.
Présence sur le territoire français
Le héron cendré fréquentent n'importe quelle zone humide du territoire français (marais, cours d'eau, étangs ...) où ils peuvent trouver de la nourriture, se comportant en véritable prédateur piscicole. Ce peut être de l'eau douce, saumâtre ou salée, dormante ou courante, du moment quelle est peu profonde. Ils peuvent aussi fréquenter les forêts à proximité des eaux.
Moeurs et habitudes
Le héron cendré est un habitant assez commun, largement répandu dans la majeure partie de l'Europe. On note des migrations vers le sud au cours des hivers froids.

Le héron cendré peut rester des heures, posé sur une seule patte, complètement inactif s'il n'est pas dérangé, le cou enfoncé dans les épaules, seule la tête et le bec à l'horizontale semblant surmonter le corps.
Très méfiant, s'il perçoit une menace, il étire son cou tout en restant immobile et vigilant, et  s'envole immédiatement.

Sa manière de chasser est particulière. Il chemine lentement et courbé, dans les eaux peu profondes, sans faire de bruit, pointant vers le bas son bec puissant et pointu, prêt à asséner le coup mortel à toute proie qui passera à sa portée.
Ou bien il reste immobile dans l'eau, observant le fond devant lui et sur les côtés afin de capturer habilement le moindre poisson qui passe.

Pour les grosses proies, il les frappe fortement de son bec pour les transpercer, et les secoue d'un côté à l'autre, avant de les avaler entières, tête la première.

Il se nourrit essentiellement de poissons, d'anguilles, de batraciens, de mollusques, et d'insectes, et parfois de petits rongeurs. Il n'hésite pas à frapper de son bec des poissons trop lourds pour qu'il puisse les sortir de l'eau, créant une importante mortalité  dans les étangs et pièces piscicoles, sachant qu'il lui est nécessaire d'attraper entre 500 et 750 g de poissons par jour pour vivre, auxquels il faut rajouter les poissons blessés.

Le couple ne dure que le temps d'une saison de reproduction.

Le héron cendré niche en grandes colonies, avec de nombreux nids sur un seul arbre.
Il construit un très grand nid avec des rameaux secs, des branches et des laîches, les matériaux variant avec l'habitat, et qui peut servir plusieurs années de suite.
L'intérieur est garni avec des brindilles, des joncs et de l'herbe.
Le héron cendré produit une seule couvée par an, très rarement deux,
Reproduction - croissance

La femelle pond 3 à 5 oeufs mats, gris-bleu, parfois teintés de roux.
L'incubation dure environ 25 jours, assurée alternativement par les deux parents.
A la naissance, les poussins ont le duvet de la tête très abondant, donnant une apparence de grande crête.

Pendant les premiers 20 jours, un des adultes reste au nid pour surveiller, les protéger des intempéries, des prédateurs et les nourrir par régurgitation.
Les jeunes ne volent pas avant l'âge de 55 jours.

Longévité : 25 ans

La population de héron cendré  est en croissance consécutivement à une protection inadaptée à son impact dans la nature, générant des désordres piscicoles inconsidérés.
Haut de page Page précédente