Au pays de Papy sauvage
Le site des pratiquants de la nature

Hibou petit-duc
ou petit-duc scops
 hibou petit duc
(Otus scops)
Espèce protégée
index Page précédente

Le hibou petit duc ou petit-duc scops est un des plus petits rapaces nocturnes.
C'est un migrateur partiel, une grande partie de la population européenne migre à l'automne pour l'Afrique où il hiverne, notamment  au sud du Sahara.

Présentation - morphologie
Le hibou petit-duc mesure de 19 à 20 cm pour une envergure de 53 à 63 cm et un poids pour la femelle de 90 à 95 g et pour le mâle de 75 à 80 g.

Ses aigrettes de petites tailles ne sont pas toujours visibles.

La partie supérieure de son corps est grise, plus ou moins roussâtre, finement striée de noir , son disque facial gris est séparé en deux de la calotte jusqu'au bec par une bande sombre triangulaire qui fait ressortir ses yeux ronds jaune vert  lui donnant un regard farouche.
Le bec est noir bleuté, les pattes sont brun-gris à brun-roux.

Le juvénile ressemble à l'adulte, mais plus clair, avec moins de roux, des oreilles plus courtes et quelques petites taches blanches en bas des scapulaires, les rayures foncées des parties supérieures sont moins distinctes et plus étroites sur les parties inférieures.

Lorsqu'il s'envole, le petit-duc scops vole sans ondulations marquées, avec des séries de battements d'ailes alternés avec des planés.
Présence sur le territoire français
Le hibou petit-duc est présent sur la totalité du territoire français, il niche dans toutes les régions situées au sud de la Loire.
Moeurs et habitudes

Le hibou petit-duc se reproduit dans une vaste zone allant du nord-ouest de l'Afrique jusqu'à l'Asie, en passant par l'Europe Méridionale; On le trouve en France, en Espagne, en Italie, en Suisse, en Tchécoslovaquie, en Yougoslavie, dans les Balkans, ainsi que dans toutes les îles méditerranéennes.

C'est un oiseau sociable qui vit  dans les arbres des vergers, parcs et jardins à proximité de l'homme ou dans des boisements clairs de feuillus en milieu semi-ouvert.

Bien qu'essentiellement nocturne,  il n'est pas rare de remarquer une activité régulière dans la journée, et chantant.
Lorsqu'il se sent observé, le petit-duc scops se colle immédiatement contre l'écorce de l'arbre où il est posé, et se fond littéralement dans le décor.
Il passe souvent ses journées immobile, caché contre le tronc d'un arbre, se confondant avec l'écorce, attendant la tombée de la nuit pour reprendre ses activités.

Il se rencontre fréquemment près des sources lumineuses où les insectes abondent, volant au milieu d'eux avec une grande agilité.

Familier dans les villes où les lumières attirent les insectes dont il se nourrit, le petit-duc scops ne craint pas le voisinage des humains conservant toutefois une certaine distance de l'homme.

Le petit-duc est essentiellement insectivore, il se nourrit de gros insectes (orthoptères) capturés à terre ou le long des branches, mais aussi de petits rongeurs, de lézards, de grenouilles.

En juin et juillet, les sauterelles représentent ses proies principales, il consomme aussi beaucoup de lépidoptères en août, il se nourrit aussi de fourmis volantes les jours de grande chaleur.

Pendant la période de reproduction, il vit en couple, mais ils se rassemblent en petits groupes au moment de migrer.

Le couple se forme en mars, mais la ponte n'a lieu qu'un mois plus tard à la mi-mai.

Le nid du hibou petit-duc  est souvent construit dans le tronc d'un vieil arbre creux, ou dans une cavité creusée par un pic vert, à une certaine hauteur. Il peut aussi faire  son nids dans les cavités des murs d' anciens bâtiments.
Reproduction - croissance
La femelle pond 3 à 6 oeufs de forme assez ronde, blancs et assez mats.
L'incubation dure de 24 à 25 jours  assurée par la femelle seule, nourrie par le mâle qui lui apporte des proies au nid, il continue après l'éclosion pour alimenter les petits.
Le petits prennent leur premier envol à l'âge de 21 jours, alors que leur plumage ne soit pas tout à fait complet, la tête porte encore beaucoup de duvet, ainsi que le corps où des plaques subsistent.

Longévité : 6 ans
Haut de page Page précédente