Au pays de Papy sauvage
Le site des pratiquants de la nature

Lagopède alpin
 lagopede des alpes 2
(Logopus mupus)
Espèce gibier
index Page précédente

Présentation - morphologie
Le lagopède alpin mesure de 37 à 42 cm pour une envergure de 55-66 cm et un poids de 650 à 750 g.

Il a l'allure générale d'un  petit tétras ou d'un  faisan. Particularité de l'espèce les lagopèdes revêtent trois plumages au cours de l'année.
En hiver, leur plumage est blanc pur, excepté la queue qui est noire chez les deux sexes pendants toute l'année.
Les pattes sont fortement plumées et font office de raquettes, ce qui leur facilite la marche dans la neige molle tout en protégeant du froid et des coupures par la glace.
En été, les deux sexes sont barrés de taches brunes et noires irrégulières sur le dessus,  l'abdomen et le bord extérieur des ailes sont blanchâtres.
Les mâles quittent leur livrée  d'hiver plus tard que les femelles, pour revêtir leur livrée nuptiale. En cette période de transition, les mâles sont plus repérables que les femelles qui sont quasiment invisibles dans l'environnement, il en résulte une prédation accrue sur les mâles  bien plus repérables par les rapaces.
Les mâles portent sur le visage une strie noire qui part du bec jusqu'à l'oeil et une caroncule rouge  surmonte l'iris.

lagopededesalpes

En automne, l'ensemble de la livrée est grisâtre écaillée de blanc sur le dessus, le dessous demeure blanchâtre.
Présence sur le territoire français
Le lagopède alpin est présent en France où il niche, dans les Alpes et dans  certaines parties des Pyrénées.
Moeurs et habitudes
Le lagopède alpin émigre en bandes sur de courtes distances, ils abandonnent les hautes terres où ils ont l'habitude de nicher pour hiverner dans les vallées ou les collines plus  basses.
Les mâles et les femelles se séparent et ils constituent des bandes strictement sexuées, les bandes se désintègrent au début du printemps, les mâles choisissent alors des territoires qu'ils défendent par de grands cris bruyants et de chasses aériennes énergiques.

L'hiver le lagopède alpin habite les pentes broussailleuses proches de la limite des arbres, à des endroits où la végétation est apparente sous la neige.
Les mâles continuent à fréquenter l'environnement alpestre alors que les femelles ont tendance à s'abriter sous le couvert.
Au printemps et en automne, les lagopèdes choisissent des paysages ouverts avec végétation clairsemée, les mâles optant pour des territoires avec affleurements rocheux offrant des perspectives qui leur permettent d'exercer une surveillance sur les femelles et le reste de la bande. Les poussins habitent les crêtes dégagées d'où ils trouvent des itinéraires de repli en cas de danger.

Les adultes sont presque exclusivement végétariens, leur régime principal est composé d'un mélange de végétaux, fruits, baies, pousses de végétaux, auxquels il faut ajouter des insectes, des mollusques, scarabées, araignées, fourmis. A noter que celui des poussins est plus fortement carné pendant leur période de croissance.

Le nid est généralement placé sur un affleurement rocheux nu, placé en un endroit difficilement accessible par les prédateurs terrestres et difficilement visible par les prédateurs aériens et pilleurs de nids.

C'est une sorte de dépression peu profonde sur le sol, l'intérieur est garni de végétaux et de plumes.
Reproduction - croissance
La femelle pond généralement 7 à 10 oeufs.
L'incubation  dure 21 jours est assurée par la seule femelle seule.
Les poussins naissent duveteux, ils  commencent à s'aventurer hors du nid peu de temps  l'éclosion. Ils sont capables de se nourrir au bout de 10 jours, leurs premiers envols surviennent vers 20 jours, mais de faible distance, ils deviennent totalement autonomes vers 10 à 12 semaines.

Longévité :7 ans

Actuellement, partiellement chassée  dans le cadre de plans de gestion cynégétiques qui tiennent compte des populations réelles, par secteur, sa population est globalement stable.
Elle est en progression dans les secteurs assujettis à des plans de gestion.
Mais inversement cette population est en régression dans les secteurs où la régulation des  prédateurs n'existe pas, renard, martres, fouines, etc... Mais aussi, depuis quelques décennies, nouvel élément destructeur,  l'introduction
dans certains massifs des loups qui les traquent sans relâche lorsque la neige est venue.
Haut de page Page précédente