Au pays de Papy sauvage
Le site des pratiquants de la nature

Moineau friquet
 moineau friquet
(Passer montanus)
Espèce protégée
index Page précédente

Le moineau friquet se reproduit en Eurasie, des îles Britanniques jusqu'au Japon. Cette espèce enregistre une régression directement liée à l'évolution des milieux, des techniques agricoles et de l'utilisation de certains insecticides et pesticides et herbicides qui génèrent une faible survie des juvéniles.

Présentation - morphologie
Le moineau friquet mesure environ 14 cm pour un poids de 19 à 25 g

Légèrement plus petit que le moineau domestique à qui il ressemble dans son ensemble, il se différencie essentiellement par sa tête marron ainsi que par la présence sur sa joue blanche d'une petite virgule noire.
Présence sur le territoire français
La population française est sédentaire, mais elle est renforcée en automne par des populations migrant de la Grande Bretagne, de la Belgique et des Pays- Bas.
Le moineau friquet est très souvent associé aux lisières, bois, parcs, vergers, jardins des régions de plaine, évitant la proximité des cimes, dépassant rarement les 1700 m d'altitude. Sa présence est  rarement abondante, distribuée de façon irrégulière sur le territoire, régressant, suivant la carte de répartition des zones de vergers.
Moeurs et habitudes
Le moineau friquet a une activité beaucoup plus rurale que le moineau domestique, il aime à fréquenter le voisinage humain, les vergers et les friches.
Plus discret que le moineau domestique il est cependant aussi actif. Cette attitude lui vaut son qualificatif de "friquet", issu du vieux français, qui signifie vif, éveillé.

Il souffre actuellement de la destruction des haies, des traitements qui portent atteinte directement à sa nourriture, celle-ci étant, surtout en période d'élevage des jeunes, fortement basée sur les insectes et invertébrés.

Son  régime alimentaire se compose de graines, de petites plantes sauvages et d'insectes qu'il cherche à même le sol.

Le moineau friquet est une espèce cavernicole qui  niche en colonie lâches, dans un ensemble des cavités nombreuses et rapprochées.
Le nid formé d'herbes sèches et de paille, garni de plumes, placé dans un trou d'arbre, sous un toit ou dans un vieux mur. Les nids à l'air libre ou dans les arbres sont rares.
La majorité des couples élèvent deux nichées par an, quelques rares couples parviennent à en élever quatre.
Reproduction - croissance
Vers la fin avril, la femelle pond 2 à 7 oeufs blancs.
L'incubation dure de 11 à 14 jours assurée principalement par la femelle.
Les jeunes quittent le nid vers 15 à 20 jours alors que les parents continuent à les alimenter encore une dizaine de jours.

Longévité : 10 ans
Haut de page Page précédente