Au pays de Papy sauvage
Le site des pratiquants de la nature

Nette rousse
 nette rousse
(Netta rufina)
Espèce gibier
index Page précédente

La Nette rousse est un canard plongeur, migrateur partiel, rare, dont les déplacements ne sont pas bien connus.
Présentation - morphologie
La Nette rousse mesure de 53 à 57 cm pour une envergure de 84 à 88 cm et un poids de 1000 à 1300 g.

Le mâle et la femelle sont différents.

Le mâle possède une tête roux vif avec le dessous jaune, le cou, la poitrine et le ventre sont noirs, les flancs blancs contrastent avec le dos brun foncé, une bande blanche barre l'épaule, le bec est rouge, les pattes sont rouge-orange.

Le plumage de la femelle est plus discret, le dessus de la tête et le dos sont brun, les joues sont blanc grisâtre, le  dessous est plus clair.

Son  vol est direct, le corps massif, les ailes larges qui laissent paraître beaucoup de blanc.
Présence sur le territoire français
La Nette rousse niche en France en Camargue, elle est régulièrement présente dans les Dombes, le Forez, et occasionnellement en Côte d'Or et en Meurthe et Moselle. Récemment elle a été recensée sur le Rhône et la Drôme, la Brenne, en Gironde, et en Lorraine.
Malgré ces récentes remarques, sa population est déclinante en France.
Moeurs et habitudes
La Nette rousse affectionne particulièrement les lacs ou les plans d'eau entourés de roselières, les étangs pourvus d'une végétation épaisse, en hiver, on l'observe également sur les côtes marines et en bordure des lacs dégagés à proximité du littoral, près de 200 000 oiseaux se regroupent ainsi sur les bords de  la mer Caspienne.
Elle est migratrice et hiverne dans la région méditerranéenne, autour de la mer Noire.
Son activité est diurne et nocturne.

Elle se nourrit en surface ou en plongeant à une profondeur de 2 à 4 mètres, l'immersion, assez brève, elle  n'excède pas les 15 secondes. 
Sa nourriture est à base de végétaux, auxquels vient s'ajouter une part de proies animales, mollusques, insectes, vers, crustacés, petits poissons, têtards.

L'espèce autrefois inféodée aux eaux saumâtres, ne se reproduit plus que dans les marais d'eau douce possédant un fort couvert végétal, roselières en particulier.

Son nid est construit à terre, dans un trou dégagé dans la végétation, près de l'eau, caché dans les roseaux. L'intérieur est garni de duvet  de la femelle.
Il est bien souvent construit au détriment d'une autre espèce dont elle parasite le nid  : tadorne, colvert, chipeau, milouin.
Reproduction - croissance
En mai-juin, la femelle pond entre 8 et 12 oeufs
L'incubation dure entre 26 et 28 jours.
Les canetons sont nidifuges, ils rejoignent rapidement l'eau, ils prennent leur premier envol vers l'âge de 40 à 50 jours.
C'est seulement après  40 à 50 jours supplémentaires qu'ils deviennent indépendants.

Longévité : 7 ans
Haut de page Page précédente