Au pays de Papy sauvage
Le site des pratiquants de la nature

Accueil

Le lapin de garenne
(oryctolagus cuniculus)
Espèce gibierqui peut être classée nuisible
suivant la réglementation locale


lapin3
Deux lapins 


   lapin2
                                                                             Un lapin et  un lièvre

Le lapin de garenne fut le gibier le plus répendu en europe avant la sinistre invention du virus de la myxomatose.Cette  espèce alimentait la majeure partie de la prédation sur les espèces sauvages. C'était également le gibier de base de nos campagnes.
La myxomatose, fléau créé de toute par par l'homme pour héradiquer le lapin en raison des dégats qu'il causait aux cultures, s'est révélé être une invention du diable. Ce virus inventé, créé de toute part par l'homme a adopté dans la nature un aspect endémique incontrôlable.
Cette maladie principalement transmise par les puces, tiques et moustiques frappe les lapins de garenne chaque année dès que la population  lapins  semble progresser, pour la réduire à quelques sujets par commune.
Ce drame  de la nature a pris une dimension  inattendue de la part des empoisonneurs de cette espèce. En supprimant des centaines de millions de lapins de garenne, le professeur Delille, inventeur de cette machine à tuer, pour sauver quelques choux, salades et pousses de vignes a privé tous les prédateurs sauvages de leur principale nourriture.
Devant la défection du lapin, les prédateurs  on déplacé leurs prélèvements vitaux  vers d'autres espèces : lièvre, perdreaux, faisans etc... Les populations de ces espèces nouvellement ciblées par les prédateurs ont à leur tour accusé des diminutions d'années en années.
Actuellement, les chasseurs, soucieux du risque de disparition de leur sport, chaque année engagent des sommes colossales pour tenterde rétablir l'équilibre rompu par la disparition du lapin de garenne.

         lapin    lapin5

Morphologie:
Le poids moyen du lapin de garenne est de 1.2 kg, il a le corps trappu, son pelage est gris-légèrement emprunt de roux, le cou et l'épine dorsale est plus sombre que les flancs, le ventre est gris clair, allant parfois presque au blanc. la queue est d'un gris-brun sombre sur le dessus et blanchâtre en dessous.. Les oreilles sont grises avec la pointe blanchâtre. On remarque que les membres postérieurs sont franchement plus longs que les membres antérieurs, conformité qui explique l'amplitude des bons qu'il peut effectuer pendant sa course.

Moeurs et habitudes:
Le lapin a la faculté de s'adapter à toutes sortes de terrain: plaine, marais, bois, friches, ronces, terrains sablonneux. Il préfère toutefois les emplacements couverts à proximité de terrains malléables, dans lesquels il peut facilement creuser son terrier.
Le terrier du lapin de garenne se compose de galeries de dimensions variables présentant une ou plusieursorifices pour lui permettre d'y accéder, communément appelées "gueules".  Le terrier peut comporter plusieurs niveaux superposés avec des conduits verticaux appelés "cheminées". Le même lapin peut occuper plusieurs terriers.

terrier lapin   lapinterrier2

Dans certaines régions, lorsque le sol ne lui permet pas de creuser des terriers, il se loge dans des gites sous des amas de branchage, tas de bois, éboulis.
Dès que le soleil se couche le lapin va en quête de nourriture, il va au"gagnage", il ne rentre à son terrier qu'au lever du jour. Lors de ses courses nocturnes, il emprunte presque toujours les mêmes coulées qui se révèlent pêtre le meilleur indice de fréquentation et de population.
Le lapin est toujours à l'écoute des bruits de l'environnement, s'arrêtant, voir se dressant assis sur ses pattes de derrière dès qu'il remarque un bruit ou un mouvement suspect.

lapin3   

lapin4

Dès que le danger se confirme, il prend la fuite pour s'abriter dans un terrier ou sous un couvert de végatation ou de branchage, par contre s'il est à proximité d'autres lapins,avant de s'enfuir il donne l'alerte en frappant violemment le sol avec ses pattes arrières.

hoto lapin1

Le lapin de garenne est végétarien, il se nourrit de plantes, de graines, de jeunes pousses de céréales, il ronge les écorces des arbrisseaux. Il est très  peu apprécié des agriculteurs, maraichers, pépiniéristes en aison des dégats qu'il occasionne à leurs cultures, pour cette raison, son statut gibier est parfois entaché du critère nuisible, bien que plus justifié en raison de sa disparition par la myxomatose. Ce qualificatif de nuisible interdit toute forme de réimplantation dans les communes où il est classé nuisible, alors que les dégâts sont inexistants. Cette attitude  anti lapin est issue de la peur de voir revenir les colonnies d'antan,  la myxomatose n'étant  pas héradicable, ce risque n'exite que dans l'esprit de quelques irréductibles. Cet état d'esprit nuit à toute les autres espèces car il ne faut pas oublier qu'il était la nourriture première des prédateurs.
Pour cette raison, un certain nombre de chasseurs conscients de ce problème ont tenté malgré les interdits l'introduction du SYLVILAGUS FLORIDANUS ( lapin d'Amérique ou "de cottontail") . Ces tenntatives de repeuplement se sont soldées par de décevants échecs.

Reproduction, croissance

Le lapin est très prolifique, entre février et octobre la femelle peut mettre bas de 4 à 6 portées d'une moyenne de six petits chacune.
Elle creuse une galerie unique en pente de 80 cm à un mètre de long communément appelée "rabouillère"au fond  de laquelle elle confectionne une couche faite d'herbe et du poil arraché à son ventre. La mère maintient la rabouillère close, l'ouvrant à chaque visite pour allaiter ses petits, l'occultant en partant. Lorsque les petits commencent à se développer, on remarque qu'elle laisse un petit orifice pour permettre à la lumière et à l'air de pénétrer dans la rabouillère, en attendant que le petits puissent affronter l'air libre.

porteelapins       

Régulation- prédation

Le lapin de garenne est un animal qui possède pour principales défenses la fuite, le camouflage et son intelligence.
Son principal ennemi est le renard qui sait le surprendre, mais  tous les carnassiers, tous les mustélidés, tous les félidés comme le chat sauvage, les chats "errants et sans statuts", tous les rapaces,  les becs droits, corneilles, pies, . n'hésitent pas à attaquer les lapins, surtout lorsqu'ils sont encore jeunes. Cette attaque sytématique est un héritage de l'époque où il représentait la nourriture facile et abondante de ces espèces. A ces prédateurs, il convient d'y ajouter l'homme qui depuis des millénaires consomme du lapin.

A toute cette liste de prédateurs, il en est un qui à lui seul régule au point d'arriver à la disparition de l'espèce : le virus de la myxomatose, créé par l'homme, en l'occurence le professeur Delille qui n'avait certainement pas mesuré l'ampleur de son acte.