Au pays de Papy sauvage
Le site des pratiquants de la nature

Pic noir
 pic noir
(Dryocopus martius)
Espèce protégée
index Page précédente

Présentation - morphologie
Le Pic noir mesure de 45 à 47 cm pour une envergure de 64 à 68 cm et un poids de 300 à 350 g.

C'est le plus grand des pics, il est reconnaissable par sa couleur entièrement noire, avec une calotte rouge vif s'étendant du front jusqu'à l'arrière de la nuque.
La langue des pics est effilée, très longue, visqueuse et pourvue de nombreux corpuscules de tact, projetée loin en avant, elle permet au pic de saisir au fond d'un interstice ou sous l'écorce des bois les insectes pour les ramener dans son bec.
Les tarses sont courts et les doigts pourvus d'ongles solides et recourbés pour lui permettre de s'accrocher aux aspérités du bois lorsqu'il grimpe verticalement le long des troncs d'arbres, en prenant appui avec les plumes de sa queue, qui sont très rigides,  sur le tronc pour empêcher son basculement en arrière.
Le vol du Pic noir est rectiligne, légèrement ondulant.
Présence sur le territoire français
Le Pic noir est présent en France presque partout, sauf sur les basses régions de l'Aquitaine,  du Languedoc- Roussillon, ainsi que sur toutes les zones basses et proches des mers et océans.
Moeurs et habitudes
Le Pic noir est sédentaire, son aire géographique est exclusivement eurasienne : Europe entière, Sibérie, nord de l'Asie jusqu'au Japon inclus.
On le retrouve donc dans la taïga, les bois de toutes tailles, les forêts que ce soit en plaine ou en altitude. Il affectionne indifféremment les grands massifs de conifères ou de feuillus dotés de grands arbres espacés. Il s'accommode de toutes les essences (hêtres, sapins, mélèzes, pins).

La présence du Pic noir est souvent révélée par ses cris puissants et par son tambourinage sur les troncs et branches des arbres qui est parfois audible à près d'un kilomètre.

Ses sites de nourrissage privilégiés sont les arbres morts ou dépérissants, les souches gisant à terre sur un lit de feuilles mortes.
Il est à la fois végétarien et insectivore, il se nourrit principalement de fourmis et d'insectes xylophages qu'il attrape en effectuant des perforations dans l'écorce grâce à son bec acéré, ou qu'il fait sortir en frappant sur l'écorce des troncs.
Son régime alimentaire se compose de fourmis, de coléoptères, de chenilles, de papillons, d'asticots de mouches, fournis et leurs oeufs, éventuellement des abeilles, des oeufs d'autres oiseaux. Il mange aussi des oisillons.
La partie végétarienne de son alimentation varie suivant la disponibilité de la saison : fruits,  baies , etc...

La période de nidification est annoncée bruyamment par un afflux de tambourinages retentissants.
Le mâle est monogame.
Le nid est creusé dans le tronc d'un arbre, il s'agit en général d'une grande ouverture ovale de 14 à 16 cm de haut pour une largeur de 9 à 12 cm pratiquée à une hauteur variant entre 4 et 15 mètres,  l'intérieur mesure 20 à 25 cm de diamètre pour une profondeur de 30 à 50 cm.
Reproduction - croissance
La femelle pond de 2 à 5 oeufs en avril ou mai.
L'incubation dure de 12 à 14 jours., l'élevage des jeunes au nid dure 27 ou 28 jours, ensuite ils se dispersent aussitôt et s'installent parfois à plusieurs dizaines de kilomètres de leur lieu de naissance.

Longévité : 11 ans
Haut de page Page précédente