Au pays de Papy sauvage
Le site des pratiquants de la nature

Sarcelle marbrée
 sarcelle marbree
(Marmaronetta angustirostris)
Espèce protégée
index Page précédente

Présentation - morphologie
La Sarcelle marbrée mesure de 38 à 48 cm pour une envergure de 63 à 67 cm et un poids de 450 à 590 gr.

Le mâle a la tête et le cou gris, finement rayés de blanc, avec une tache brun-noir autour de l'oeil et s'étendant vers la nuque, de longues plumes sur la nuque forment une courte crête, les parties supérieures sont gris-brun foncé, avec des taches pâles très nettes, les parties inférieures sont plus claires, gris-brun avec d'étroites stries plus foncées, la queue est gris clair chamoisé, avec les extrémités des rectrices blanches, les primaires et les secondaires sont gris-argent et sans miroir, le bec est noirâtre avec une ligne terminale et la base gris clair, les yeux sont bruns, les pattes brun-olive, et les palmes noirâtres.

La femelle est similaire, mais la crête sur la nuque est plus courte.
Les juvéniles sont plus ternes, avec des taches moins distinctes.
Les nouveaux-nés sont brun-gris avec des marques blanches sur le dessus, les parties inférieures et les côtés de la face sont grisâtre clair, et ils ont une rayure foncée sur l'oeil, le bec est gris-vert ainsi que les pattes.
Présence sur le territoire français
La Sarcelle marbrée se rencontre en France lors de ses migrations.
Moeurs et habitudes
La Sarcelle marbrée se rencontre du sud de l'Espagne et et de l'Afrique du Nord, au Moyen-Orient jusqu'à l'extrême ouest de la Chine.
Migrateur partiel, elle se disperse, l'hiver, dans le bassin  méditerranéen, l'Afrique du Nord, le Moyen-Orient et le nord-ouest de l'Inde.

La Sarcelle marbrée vit sur des étendues d'eau peu profonde, d'eau douce ou d'eau saumâtre, sur les lacs marécageux avec une abondante végétation.
En hiver, elle fréquente davantage les étendues d'eau ouvertes et les zones humides temporaires.

La Sarcelle marbrée vit habituellement en couple ou en petits groupes, parfois en grandes bandes l'hiver.

La Sarcelle marbrée se nourrit essentiellement de végétaux, plantes aquatiques, semences, racines, tubercules, auxquels elle ajoute une part d' insectes aquatiques, de larves, de mollusques et de vers.
Pour se nourrir, elle filtre la vase du rivage, barbote, picore à la surface et plonge occasionnellement.
Elle est plus active dans la soirée et tôt le matin.

La Sarcelle marbrée se reproduit de mai à juillet. Elle niche isolément ou en petits groupes. Il y a une seule couvée, elle est monogame et les liens du couple sont forts pendant une saison.

Les couples se forment en hiver, avant de migrer vers les aires de reproduction. Le mâle déserte fréquemment pendant l'incubation, toutefois, le couple se reforme à l'automne ou à l'hiver.

Le nid est construit par la femelle sur le sol, pas très loin de l'eau, caché dans un amas de racines, dans les buissons ou dans des touffes d'herbes. C'est une dépression peu profonde tapissée d'herbes et de duvet. 
Reproduction - croissance
La femelle pond entre 7 et 14 oeufs de couleur crème ou jaune-paille.
L'incubation dure environ 25 à 27 jours, assurée par la femelle, le mâle désertant à ce moment-là, revenant  parfois pour participer à l'élevage des poussins.

Les nouveaux-nés sont principalement élevés par la femelle, le plumage est complet au bout de 55/56 jours.
Ils atteignent leur maturité sexuelle à un an.

La population de la Sarcelle marbrée est vulnérable. Le déclin a été très important au siècle dernier. La destruction des zones humides qui constituent son habitat, la pollution des eaux par les pesticides et insecticides sont à l'origine de la diminution de ses effectifs.
Haut de page Page précédente