Au pays de Papy sauvage
Le site des pratiquants de la nature

Sittelle torchepot
 sittelletorchepot1
(Sitta europaea)
Espèce protégée
index Page précédente

Présentation - morphologie
La Sittelle torchepot mesure environ 14 cm pour un poids de 19 à 24 g.
C'est un oiseau trapu.
Elle a les parties supérieures bleu-gris, et une queue courte, les parties inférieures, le menton et le cou, sont blancs, devenant orangés sur le haut de la poitrine, les flancs, l'abdomen et les sous-caudales.
Les ailes sont courtes et arrondies, les rémiges sont plus foncées que le dos.
La tête est bleu-gris, assez grosse, avec une ligne noire traversant l'oeil et finissant vers les scapulaires, les joues sont blanches, ainsi que le menton et le devant du cou.
Le bec est bleu-gris, long et pointu, les yeux sont noirs, les pattes et les doigts aux longues griffes noires sont brun orangé clair.

Les deux sexes sont semblables, toutefois, le mâle est légèrement plus grand, la femelle est un peu plus terne que lui.

Le juvénile est semblable aux adultes de même sexe, mais plus terne sur la calotte et le manteau, moins coloré en dessous, avec la ligne noire sur les yeux moins accentuée.
sittelletorchepot2

Présence sur le territoire français
La Sittelle torchepot est présent sur tout le territoire français où elle niche.
Moeurs et habitudes
La Sittelle torchepot est sédentaire et largement répandue dans la plupart des pays de l'Europe tempérée et en Asie.
Elle affectionne les bois de haute futaie, les feuillus, les forets mixtes et les résineux.
Toutefois on la rencontre fréquemment dans les parcs et les grands jardins.

La Sittelle torchepot à la recherche des insectes est capable de parcourir les troncs d'arbres et les branches dans un sens ou dans l'autre, même avec la tête en bas.
Elle est très active et agile, elle se déplace obliquement, se suspendant grâce à la patte supérieure, et se propulsant avec l'autre. Elle n'utilise pas la queue comme les pics, mais ses longues griffes.
Au sol elle se déplace en sautillant.

La Sittelle torchepot se nourrit d'insectes et d'araignées qu'elle trouve dans l'écorce des arbres. En hiver, elle se nourrit aussi de graines, ses préférences vont surtout aux graines de tournesol qu'elle  prend une à une dans son bec, s'envole sur une branche, cale la graine sur un tronc, la décortique et avale le noyau, puis s'en va en chercher une autre.
En hiver, elle se rapproche souvent des habitations.

sitelletorchepot3

Elle est souvent vue en couple ou seule, elle dort dans un trou d'arbre ou de rocher.

La Sittelle torchepot niche dans des trous ou des crevasses, mais ne creuse pas elle-même, c'est souvent une ancienne loge de pic dont elle réduit l'entrée en la plâtrant avec de la boue, construisant un dur mur de boue séchée autour du trou jusqu'à ce qu'il ait la bonne taille.
L'intérieur du trou est tapissé de morceaux de copeaux d'écorce, d'herbes, de poils et de plumes.

Cette espèce produit une couvée par an, parfois deux si la première est perdue.
Reproduction - croissance
La femelle pond 6 à 8 oeufs blancs, tachetés de brun.
L'incubation dure environ 13 à 18 jours.
Les poussins naissent couverts de duvet gris foncé épars, ils sont nourris par les deux parents, principalement avec des insectes, ils quittent le nid au bout de 23 à 26 jours après leur naissance.

Longévité : 9 ans
Haut de page Page précédente