Au pays de Papy sauvage
Le site des pratiquants de la nature

index
L'OURS BRUN
(Ursus arctos)
ESPÈCE PROTEGEE
mais à attitude nuisible
Page précédente

ours1 

 Morphologie

L'ours a un poids qui  varie entre140 et 350 kg pour les mâles et entre 100 à 220 kg pour les femelles, avec une taille variant entre 1.7 à 2.2 debout pour une hauteur au garrot variant entre 80 cm et 1.10 m lorsqu'il est sur ses 4 pattes.

A la course, malgré son apparence trapue, lourde, il peut atteindre une vitesse supérieure à 50 km/heure
L'ours vit environ 25 ans et peut atteindre 30 ans.
La couleur de son pelage varie du brun clair au brun très sombre, presque noir.
Ses membres antérieurs sont très musclés et digitigrades alors que les membres postérieurs sont plantigrades.
Il possède un odorat et une ouie très développés.

Moeurs et habitudes

Sur le territoire français l'ours existe dans les Pyrénées, sa population a diminué au cours des deux derniers siècles consécutivement à
l'évolution de la civilisation, des populations humaines, de l'emprise de l'homme sur les espaces montagneux qui ont repoussé l'ours hors de ses limites naturelles, entraînant irrémédiablement  sa raréfaction.

L'ours est un animal qui réclame de grands espaces fortement boisés retirés et écartés de l'homme et en altitude.
Il réclame des surfaces avoisinant les 1000 km² . En absence de telles étendues, il peut avoir des réactions meurtrières envers les espèces domestiques, et même envers  l'homme. Cette attitude belliqueuse est la principale origne de sa chasse qui remonte aux époques où déjà il occupait les mêmes espaces que l'homme comme les cavernes.

Cet antagonisme a pour origine l'occupation d'un même territoire, il s'est perpétué au fil des millénaires, il est à l'origine de la chasse à l'ours. Les méthodes de chasse ont évolués en réponse à sa dangereuse proximité de l'homme à toutes les époques.
Actuellement cet antagonisme est entretenu par des réintroductions non fondées, décidées par des autorités et des personnes qui ne sont  pas confrontées à cet animal et bien à l'abri de ses méfaits, qui se moquent des dégats qu'il peut causer aux élevages de montagne.

La férocité de cet animal n'est plus à démonter, Il considère l'homme comme un concurrent agressif en raison de sa marche verticale ses jambes.
En effet, l'ours lorsqu'il est en colère, agressif,  adopte la position verticale sur ses pattes arrières.
L'homme s'étant relevé sur ses jambes au fil des millémaires, l'ours  voit en cette allure adoptée par l'homme une attitude belliqueuse à son égard, il devient alors  menaçant.

Cet antagonisme ancestral entre l'homme et l'ours est à l'origine de féroces attaques sur les humains au cours des deux derniers millénaires.
Depuis plusieurs siècles, l'homme responsable, socialisant, modernisant progressivement  sa vie prit la résolution et mit en oeuvre les moyens nécesaires pour mettre fin  à ces  nuisances destructrices et meutrières.
Malheureusement aujourd'hui, une poignée individus influents, à l'abri de tels méfaits ne partagent pas cet avis...

Témoignage historique de Roger Chaubet de Montferrier, publié par
 La Gazette de Couloumier :     "L'ours et le MARTEILLAT"
 
Document historique publié par Hachette
"Histoire de la Chasse Mondiale" :  " L'ours dans le Comté de Foix au XIV ème siècle"

Les tentatives de réintroduction émanant de décisions qui n'ont pas tenu  compte de ces paramètres, ni de l' activité agricole montagnarde actuelle, s'avèrent  non seulement des échecs cynégétiques, mais de véritables catastrophes financières pour les contribuables qui ont financé malgré eux ces réintroduction, catastrophe financière également pour les bergers qui voient leurs troupeaux régulièrement décimés, attaqués par cet animal en mal d'espace, dégâts également supportés par le contribuable.

Il chasse principalement la nuit pour se nourrir et constituer une réserve de graisse qui lui  permet d'hiberner en hiver.

L'ours a un régime alimentaire très varié, passant de la viande de mammifères domestiques ou sauvages, aux baies, fruits, racines, insectes, au poisson ou encore à des cadavres d'animaux.
Son manque d'espace en France, le conduit fréquemment à errer aux abords des villages pour quêter sa nourriture dans les poubelles.

Reproduction croissance

L'accouplement a lieu en mai/juin, la femelle met bas un ou deux oursons en janvier/février. Les petits restent auprès de la mère pendant un an.